Publicité

Variant Anglais : 64% plus dangereux

Variant Anglais : 64% plus dangereux

Publicité
Publicité

Variant anglais : risque de décès plus élevé

Les scientifiques se sont concentrés sur les données d’OpenSAFELY pour effectuer leurs études.

Cette plateforme recueille les données médicales concernant les patients atteints du covid-19 et qui représentent 40 % de la population.

Leur prise en charge est effectuée par le National Health Service. L’étude concerne les personnes testées positives au SARS-CoV-2 depuis le 16 novembre 2020 jusqu’au 11 janvier 2021.

Les scientifiques ont également pris en compte les individus non vaccinés. Sur les 184 786 cas, 93 011 personnes sont infectées par le variant D614 et qui est également appelé non-variant.

Quant aux 91 775 personnes restantes, elles sont infectées par le variant anglais. Les chiffres indiquent que les jeunes individus sont plus vulnérables au variant anglais par rapport au non-variant.

Selon les statistiques, le variant anglais a fait 419 morts alors que le nombre de décès est de 418 pour la souche D614G. L’étude a été effectuée en plusieurs étapes.

Les scientifiques ont commencé par calculer le risque relatif de décès, que ce soit pour la souche non-variant et le variant. Le résultat obtenu est ensuite ajusté selon les comorbidités et l’âge du patient.

De ce fait, le variant cause 5 morts dans une population donnée alors que le non-variant n’en cause que 3 dans la même population.

Cette estimation fait écho à l’étude menée par des scientifiques danois. Elle est axée sur l’augmentation des hospitalisations à cause du variant anglais.

Il faut noter que ce virus mutant s’est rapidement propagé dans le monde. Plus de 60 pays en sont touchés depuis sa première identification.

En France, plus de deux tiers des personnes testées positives sont infectés par le variant anglais.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité