Publicité

Télésurveillance pour sa maison : 6 choses à savoir avant de se décider

Télésurveillance pour sa maison : 6 choses à savoir avant de se décider

Publicité
Publicité


La télésurveillance, qui permet d’avoir son logement surveillé en permanence par une société spécialisée convient à la fois aux résidences principales et aux résidences secondaires. Elle est particulièrement adaptée aux personnes âgées. Vous envisagez d’ équiper votre maison ? Voici 6 choses à savoir avant de vous décider.

Qu’est-ce que la télésurveillance ?

La télésurveillance est un dispositif par lequel une société assure à distance la protection d’une maison, d’un appartement, ou d’un local professionnel. Pour cela, elle installe un système d’alarme sur les lieux à protéger. Celui-ci est relié à un centre de télésurveillance. En cas d’alerte, les agents qui y travaillent font le nécessaire. Ils informent le propriétaire des lieux, les forces de l’ordre ou les services d’urgence concernés. Dans certains cas, ils envoient un agent de sécurité sur place.

La télésurveillance est-elle fiable de jour comme de nuit ?

Les agents du centre chargés de réceptionner et de traiter les alertes travaillent 24h/24, afin de réagir de jour comme de nuit. Le centre est bien sûr ouvert les week-ends et les jours fériés. Ce sont les avantages d’un service de télésurveillance pour la sécurité de la maison.

Pourquoi installer un système de télésurveillance dans une maison ?

Grâce à ses fonctions anti-intrusion et alerte en cas de sinistre, un système de télésurveillance permet de s’absenter tranquillement, sans craindre ni les cambriolages, ni les départs d’incendie, par exemple. Dès que le système d’alarme se déclenche, les chargés de télésurveillance analysent les images, et font le nécessaire pour alerter les pompiers, ou les forces de l’ordre. S’il y a eu une effraction, ils font en sorte que les lieux soient bien protégés de nouveau. Le protégé est tenu au courant de chaque opération.

Quelles sont les dernières données concernant les cambriolages en France ?

Selon le rapport d’enquête d’Interstats « Cadre de vie et sécurité » 2019, on a dénombré en France métropolitaine, en 2018, près de 245 000 cambriolages de résidences principales – soit 8 cambriolages pour 1 000 ménages. Le nombre de tentatives s’est élevé, quant à lui, à 312 000, soit 11 pour 1 000 ménages.

Selon le ministère de l’Intérieur, sur l’ensemble des cambriolages enregistrés en 2017 par les forces de l’ordre, près de 60 % concernaient des résidences principales. Ils ont eu lieu principalement pendant l’été et en décembre, en l’absence des habitants. Cependant, ce n’est pas toujours le cas. Selon un rapport de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), en 2016, une personne était présente au domicile dans près d’un tiers des cas de cambriolages de résidence principale recensés.

L’ONDRP estime qu’une alarme diminue le risque d’effraction de 34 % pour les maisons et de 47 % pour les appartements.

Pourquoi la télésurveillance est adaptée aux personnes âgées ?

Un système de télésurveillance protège aussi les personnes âgées vivant à leur domicile. Certaines sociétés de télésurveillance offrent la possibilitéé au particulier d’actionner une alarme en cas d’urgence, grâce à un bouton pour le SOS. Par exemple, dans le cas d’une intrusion, ou d’un sinistre comme un incendie, ou une fuite d’eau. Les personnes âgées y ont également recours lorsqu’elles font un malaise, qu’elles ont été victimes d’un accident domestique, ou qu’elles ont chuté. Grâce à ses outils techniques, l’opérateur peut se connecter à l’alarme, puis aiguiller la personne âgée pour l’aider à appeler les bonnes personnes, ou lui-même appeler le 15 ou les pompiers, selon les circonstances.

Télésurveillance et vie privée

La législation autour de la prise de vidéos pour sa sécurité (vidéosurveillance) est très encadrée. Un protégé n’est pas obligé de déclarer qu’il a installé un système de télésurveillance, sauf s’il emploie régulièrement des employés comme une aide à domicile, une femme de ménage, une auxiliaire de vie, une garde d’enfants… Si c’est le cas, ces personnes doivent être informées qu’un système est installé.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité