Publicité

Les omégas 3, pour prévenir la schizophrénie

Les omégas 3, pour prévenir la schizophrénie

Publicité
Publicité
Les omegas 3 pour lutter contre la schizophrénie.

La revue scientifique Nature Communications a publié une étude selon laquelle une consommation régulière d’oméga 3 réduirait le risque de développer une schizophrénie chez les jeunes à risques.

La schizophrénie est un trouble mental sévère qui apparaît le plus souvent dès l’adolescence ou dès l’entrée à l’âge adulte.

Les oméga 3 sont quant à eux des acides gras essentiels, indispensables au bon fonctionnement de notre cerveau, du système nerveux et de la rétine. Ils seraient également pourvus de propriétés bénéfiques pour le cœur et la santé mentale.

Une équipe de chercheurs australiens et autrichiens a donc réalisé une expérience sur deux groupes d’une quarantaine de personnes âgées entre 13 et 25 ans, dont les risques de développement de schizophrénie étaient très élevés.

Durant 12 semaines, les chercheurs ont administré des compléments alimentaires à base d’oméga 3 au premier groupe, tandis que le deuxième a reçu un placebo.

Les résultats sont sans équivoque.

• Seulement 10 % des patients du premier groupe ont montré des signes de schizophrénie durant les 7 années qui ont suivi, contre 40 % du groupe placebo.
• La maladie est même apparue plus tôt dans le groupe placebo.
• Ce même groupe a par ailleurs montré davantage de signes de maladies mentales diverses au cours de la période étudiée.

Une étude optimiste dont les premiers résultats « offrent l’espoir d’alternatives aux traitements psychopharmacologiques chez des jeunes à risque de développer des psychoses ».

De nouvelles études restent nécessaires sur un échantillon bien plus large pour confirmer ces observations. Peut-être découvriront-ils le mécanisme d’action des omégas 3 sur la prévention des psychoses.

Quelle consommation ?

Sachez qu’on les retrouve principalement dans les poissons gras, comme la sardine, le maquereau et le saumon, ou dans les noix, le colza et le soja. Leur apport dans l’alimentation reste toutefois très insuffisant dans les pays développés. On les retrouve donc en masse dans nos rayons sous forme de compléments alimentaires. Les autorités sanitaires ont alors pris soin de publier des recommandations pour la consommation maximale souhaitable :

→ 3 g par jour dont 2 g seulement provenant des compléments alimentaires.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité