Publicité

Tout ce qu’il faut savoir sur l’ostéoporose

Tout ce qu’il faut savoir sur l’ostéoporose

Publicité
Publicité
Ostéoporose

Peu connue du grand public, l’ostéoporose véhicule beaucoup d’idées reçues. Cette maladie chronique touche pourtant 3 à 4 millions de Français. 5 choses à savoir sur cette maladie qui n’est pas une fatalité.

L’ostéoporose est une maladie chronique invalidante caractérisée par une diminution de la densité minérale osseuse. En général, on ne la détecte que dès l’apparition d’une fracture.

Rétablissons la vérité sur cette maladie encore méconnue.

L’ostéoporose n’est pas une maladie douloureuse en elle-même.

La maladie évolue de manière silencieuse sans symptômes visibles, elle n’est donc pas douloureuse en elle-même. Les fractures provoquées par l’affaiblissement des os le sont. D’autant qu’à cause de l’ostéoporose, elles entrainent douleurs et invalidité, au même titre que les tassements vertébraux.

L’ostéoporose ne touche pas seulement les femmes.

L’ostéoporose touche un homme sur quatre femmes. Si la maladie atteint majoritairement les femmes (3 à 4 millions de Françaises touchées), elle n’épargne pas complètement les hommes pour autant. Les formes masculines de la maladie sont d’ailleurs souvent plus sévères du fait qu’elles apparaissent en général à un âge plus avancé que celui de la femme.

L’ostéoporose n’est pas qu’une maladie de personnes âgées.

La maladie apparaît le plus souvent après la ménopause, en raison de la chute brutale des hormones sexuelles. Mais la prise de certains traitements comme les corticoïdes peut tout aussi bien affaiblir le capital osseux et provoquer une ostéoporose dès l’âge de 30 ans. Idem lorsque la personne présente des antécédents familiaux d’ostéoporose.

Le lait de vache n’est pas la seule arme alimentaire anti-ostéoporose.

Il est bien sûr essentiel de consolider ses os en consommant des aliments riches en calcium, à l’image du lait de vache et des produits laitiers. Essentiel parce que notre squelette est tout de même composé à 99 % de calcium. Mais ces produits ne possèdent pas le monopole du calcium, puisqu’on en trouve aussi dans les fruits et légumes. Sachez par ailleurs que la prise régulière de vitamine D est fortement conseillée.

Il existe des traitements de prévention.

S’il n’est pas encore possible de réparer les dommages, les traitements actuels sont quand même capables, s’ils sont pris assez tôt, de renforcer la densité minérale osseuse et donc de limiter les fractures. L’activité physique et une bonne hygiène de vie sont évidemment de bonnes mesures préventives, est-il seulement besoin de le rappeler ?

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité