Publicité

La musique peut réduire les douleurs post-opératoires infantiles

La musique peut réduire les douleurs post-opératoires infantiles

Publicité
Publicité
Un enfant qui écoute de la musique.

Dans une étude présentée comme la première évaluation aléatoire des effets de l’audio-thérapie sur la douleur chez l’enfant, des chercheurs sont arrivés à la conclusion que la musique et les livres audios pouvaient considérablement aider les enfants à se remettre d’une opération chirurgicale.

“L’audiothérapie est une formidable opportunité et devrait être considérée par les hôpitaux comme une stratégie clé pour minimiser la douleur des enfants devant subir une grosse intervention chirurgicale”, a expliqué le docteur Santhanam Suresh. L’auteur de l’étude a aussi ajouté que cette méthode était “bon marché et dénuée d’effets secondaires”.

L’équipe de chercheurs s’est intéressée à des stratégies alternatives non pharmaceutiques pour la gestion de la douleur pédiatrique, car les analgésiques opioïdes peuvent entraîner des difficultés respiratoires chez l’enfant.

Pour mener leur étude, ils ont fait appel à 56 participants âgés de 9 à 14 ans et ont sélectionné leur musique préférée dans plusieurs styles allant de la pop à la country, en passant par le classique et le rock.

Le Dr. Suresh tient à souligner l’importance de permettre aux patients de choisir leur propre musique.

“Tout le monde se sent proche de la musique, mais chacun a ses préférences”, note-t-il.

Pour mener cette étude, les patients ont rapporté leurs niveaux de douleur ressentis avant et après l’audiothérapie en choisissant des images d’expressions du visage qui représentaient au mieux ce qu’ils ressentaient.

Même si la douleur initiale des patients était très variable, la thérapie musicale a fonctionné peu importe le degré de douleur ressentie après l’intervention chirurgicale, à en croire les résultats de cette étude.

Les chercheurs ont divisé les sujets en trois groupes, chacun recevant un style différent d’audiothérapie pendant plusieurs séances de 30mn, avec soit des livres audios, de la musique ou des casques antibruit.

Le seul groupe qui n’a pas enregistré de baisse de douleur est celui qui a dû porter le casque antibruit, selon les conclusions de l’étude.

Ces résultats sont parus dans la revue Pediatric Surgery.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité