Publicité

Masques en tissus humides, plus efficaces contre la Covid-19 !

Masques en tissus humides, plus efficaces contre la Covid-19 !

Publicité
Publicité

La pandémie du coronavirus prend de plus en plus d’ampleur, d’où la nécessité d’adopter les mesures de protection optimale. Ces dernières sont nécessaires pour éviter d’être contaminées et de mettre en danger son entourage. Différents masques sont disponibles sur le marché avec un niveau d’efficacité varié contre les infections. Plusieurs caractéristiques sont à prendre en compte pour choisir le modèle le plus adapté.

Le port du masque est obligatoire

Il est même devenu un réflexe au quotidien. Depuis le début de la pandémie, les professionnels de la santé préconisent le remplacement immédiat du masque humide. À cette époque, les responsables de l’Institut national de la Santé et de la Recherche médicale déclarent que l’humidité affecte les propriétés du masque. En conséquence, le masque filtre moins bien les particules et les virus. Depuis janvier 2021, le gouvernement et le Haut Conseil de la santé publique déconseillent l’utilisation du masque en tissu.

Ces recommandations sont remises en question par des études très récentes faites aux États-Unis. Les Instituts américains de la santé orientent leur recherche sur les réels effets de l’humidité sur les masques de protection. L’humidité qui se forme à l’intérieur favorise l’hydratation des tissus cellulaires de l’appareil respiratoire. Cette situation permet de renforcer le système immunitaire d’un individu.

La propagation du virus jusqu’aux poumons est limitée grâce à un niveau élevé d’humidité. Il optimise la MCC ou la clairance mucociliaire. Il s’agit d’un mécanisme de défense consistant à éliminer les particules et les mucus considérés comme nocifs au niveau des poumons. L’humidité augmente la production des protéines et des interférons qui permettent de combattre le virus.

La deuxième étude est détaillée dans le magazine ACS Applied Nano Matérials. Elle se concentre sur l’efficacité des masques en coton. Celle-ci augmente de 33 % quand ils sont humides. Ces fibres naturelles sont hydrophiles. Le coton est également reconnu pour leur haute capacité à absorber l’humidité. Cette même propriété est observée sur les particules virales.

Ces dernières grossissent d’ailleurs quand ils sont en contact avec l’humidité. Ils se retrouvent donc piégés dans les fibres du masque en tissu. Les mêmes tests ont été réalisés avec des masques en fibres synthétiques comme le polyester et le nylon. Le résultat s’avère moins probant. Ces tissus sont plutôt caractérisés par leur propriété hydrophobe.

Les Centres américains de prévention des maladies donnent aussi des conseils pratiques sur la meilleure manière de porter le masque. L’espace entre le visage et le masque constitue un problème majeur en termes d’efficacité de cette mesure de protection. Le risque de contamination est élevé si jamais des gouttelettes s’échappent au niveau des côtés du masque.

Il est conseillé d’ajuster au maximum le masque sur le nez afin de le maintenir correctement en place. Il est aussi possible de nouer l’élastique pour que le masque ne bouge pas. Il faut ensuite vérifier que l’air ne passe pas autour des yeux ou sur les côtés du masque. En ce qui concerne le masque en tissu, il est préférable d’en porter deux simultanément. Cette superposition permet de maintenir en place celui en contact avec le visage.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité