Phobies : La réalité virtuelle aide à lutter contre ses phobies


La réalité virtuelle aide à lutter contre ses phobies


Lutter contre une phobie avec la réalité virtuelle.

Avec cette découverte, la médecine opère un véritable bond dans le futur. Le Dr Eric Malbos, médecin praticien au service de psychiatrie de l’hôpital de la Conception de Marseille, traite les phobies de ses patients à l’aide de la réalité virtuelle.

Claustrophobie, agoraphobie, peur de conduire ou de prendre l’avion, autant d’angoisses qui nous gâchent la vie. Marie-Christine, 53 ans, a fait appel au Dr Malbos pour vaincre sa claustrophobie en s’y confrontant entre autres au sein d’un monde virtuel. Casque sur les yeux, écouteurs dans les oreilles, et la voici la seconde d’après dans un ascenseur sans vitre pour y affronter sa plus grande angoisse.

— Vous inspirez et vous gonflez le ventre, et vous expirez tout doucement, sans forcer, dit le médecin.
— Si ça m’aide de fermer les yeux, je peux le faire ?
— Tout à fait, ça peut vous aider à vous concentrer sur la respiration, sur toutes vos sensations.

Un effet des plus saisissants dès la première minute, capable de vous laisser les muscles des jambes complètement tétanisés. « On veut que le patient soit anxieux mais l’exposition doit être progressive », résume Eric Malbos, qui utilise cette technique depuis 2012 au sein du service du Professeur Christophe Lançon. Métro ou cinéma pour un agoraphobe, parking souterrain ou ascenseur pour un claustrophobe, passerelle en hauteur pour les victimes du vertige, cette méthode est adaptable à bon nombre d’angoisses, et même d’addictions. Le fumeur peut se sevrer s’il le souhaite, en se plongeant dans des situations « qui déclenchent une irrésistible envie de fumer », comme les pauses cigarette au travail, ou les soirées entre amis. Un procédé que le Dr Malbos déclinera bientôt pour aider les soldats de retour de pays en guerre afin de traiter les syndromes de stress post-traumatique.

Force est de constater que la réalité virtuelle fait ses preuves. « Au cours de mes neuf premières séances, j’ai appris à gérer le stress et l’angoisse », explique Marie-Christine, qui en est désormais à sa troisième séance virtuelle. « En simulation, j’ai une petite montée d’angoisse qui n’est pas celle que j’aurais dans une situation réelle, mais la dernière séance m’a donné le courage d’aller prendre un ascenseur vitré lors d’une pause déjeuner », poursuit-elle.




Les initiatives du patient en dehors de ces séances sont essentielles, pour justement encrer ses efforts dans la réalité. « Le taux d’échec est vraiment bas : ceux qui seront en échec sont ceux qui ne vont pas s’entraîner seuls après la séance », précise le Dr Malbos.

Une méthode révolutionnaire et résolument futuriste qui a encore du mal à s’implanter en France, puisque seuls trois services utilisent la réalité virtuelle dans le pays. « Peu de psychiatres sont au courant, et il y a aussi des problèmes d’accessibilité aux technologies » explique Eric Malbos. Pour cause, outre le prix exorbitant du casque (10 000 €), la profession souffre du manque de logiciels récents pour traiter les patients. En grand passionné, le Dr Malbos développe lui-même son logiciel à partir de moteurs graphiques de jeux vidéo.

La situation devrait néanmoins se débloquer avec l’arrivée de nouveaux logiciels, dont un développé par une entreprise de Sanary-sur-Mer (Var), et la commercialisation du nouveau casque Oculus Rift dont Eric Malbos utilise le prototype (disponible à 300 € pour une technologie bien supérieure). Les patients pourront ainsi d’avantages progresser chez eux.




AFP PHOTO - BORIS HORVAT | RelaxNews