Les Français mangent moins de viande et plus de charcuterie | Recette et remède de grand mère


Les Français mangent moins de viande et plus de charcuterie

charcuterie

C’est un fait, vous mangez de moins en moins de viande, mais davantage de charcuterie, jugée plus simple et plus rapide à préparer. Pourtant, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) classe la viande dite « transformée », essentiellement la charcuterie, dans la catégorie des agents « cancérogènes pour l’homme ».

L’établissement public FranceAgriMer — qui s’occupe d’appliquer les mesures prises par la politique agricole commune, et de mener à bien certaines actions nationales en faveur des filiales agricoles —, rapporte que la consommation de viande en France par habitant recule depuis maintenant une quinzaine d’années : 86 kg (non désossés) en 2014, contre 94 kg en 1998. Les consommateurs privilégient la volaille et les produits élaborés au détriment du porc et du bœuf.

Les raisons de cette tendance ?

– Le prix des viandes qui augmente plus vite que l’inflation à l’exception du porc.
– Selon FranceAgriMer, vous recherchez davantage « de produits ayant un long délai de conservation, et peu de préparation, ne demandant pas ou peu de préparation, avec un temps de cuisson réduit et faciles à préparer ». Vos choix se portent donc naturellement sur les cordons bleus, steaks hachés, découpes de volaille, charcuteries… Même si les prix sont parfois plus élevés.
– Les effets de la crise économique ont également pu accentuer cette tendance, vous poussant ainsi à privilégier les céréales, le pain ou les produits sucrés.

On observe la même tendance dans le reste de l’Europe. Une baisse significative qui laisse donc la part belle au « prêt-à-manger ».
« La charcuterie est pratique », résume Robert Volu, président de la Fédération française des industriels charcutiers-traiteurs (Fict). « Les tranches de jambon sont prêtes, les tranches de saucisson sont faciles à faire, le pâté peut se consomme rapidement, les rillettes aussi, les andouillettes ont déjà été précuites. Ce sont des produits qui sont prêts à manger », ajoute-t-il. Pour preuve, le secteur affiche une légère croissance entre 0 et 1 % par an depuis une quinzaine d’années. Il s’en est d’ailleurs vendu 1,1 million de tonnes en 2014, dont les 450 références pour la production domestique représentent près de 87 %.
Une tendance étonnante lorsque l’on sait que le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) – l’agence cancer de l’organisation mondiale de la santé (OMS) – s’est basé sur plus de 800 études pour classer la viande dite « transformée », essentiellement la charcuterie, dans la catégorie des agents « cancérogènes pour l’homme », tandis que les viandes rouges (incluant porc et veau) font partie de la catégorie « probablement cancérogène ».

Pour autant rien n’est perdu, puisque le niveau de consommation de charcuterie des Français est largement inférieur au seuil des 50 grammes par jour au-delà duquel le risque de cancer colorectal augmente de 18 %. Sur les résultats de l’étude « Inca 2 » menée en 2006-07 par l’Agence nationale de l’alimentation (Anses), nous en consommons en réalité 34,3 grammes en moyenne par jour.
Par ailleurs, à l’initiative du syndicat des Jeunes agriculteurs (JA), des éleveurs ont investi les grandes surfaces alimentaires dans le but d’étiqueter les viandes dont la provenance était non déterminée, d’un autocollant « viande de nulle part ». « Il y a eu beaucoup de dénigrements de grandes marques de charcuterie de la part des éleveurs. L’accusation +viande de nulle part+ ne crée pas un mouvement positif par rapport à nos charcuteries », précise Robert Volu. Un mouvement qui a peut-être induit une baisse de la consommation (1 %) de viandes prêtes à manger sur les 12 derniers mois.









Olga Utlyakova - shutterstock |

A découvrir

A voir aussi

Informations sur le blog

Le blog Grands-Mères est un site dédié aux trucs, astuces, recettes et remèdes de Grand mère.

Le site des astuces, recettes et remèdes de grand-mère est utile dans votre vie de tous les jours. Du bouton de fièvre au problème de constipation il y a toujours un remède de grand-mère pour guérir de façon efficace et plus naturelle.

Réseaux sociaux

A propos

© 2013 - 2019 Grands-Mères, le blog des meilleurs remèdes, astuces et recettes de grand-mère - Tous droits réservés.