Publicité

Laver ses masques chirurgicaux : c’est possible, d’après UFC-Que Choisir !

Laver ses masques chirurgicaux : c’est possible, d’après UFC-Que Choisir !

Publicité
Publicité

La nouvelle a de quoi étonner. En pleine deuxième vague du coronavirus et alors que bon nombre de Français ont intégré le caractère jetable et éphémère des masques chirurgicaux, l’association de consommateurs UFC-Que Choisir avance un argumentaire aussi nouveau que surprenant. Il serait possible de laver ses masques chirurgicaux pour les ré-utiliser ensuite ! Comment est née cette idée ? Sur quelle étude se base-t-elle ? Nous vous disons tout à ce sujet !

Masques chirurgicaux et masques en tissu : mêmes modalités de lavage ?

Si la possibilité du lavage en machine des masques en tissu est bien connue depuis le début de la pandémie de covid-19, celle des masques chirurgicaux est en revanche plus étrange. De prime abord, on pourrait croire à une blague. Il s’agit pourtant d’une théorie sérieuse, avancée par l’association de consommateurs UFC-Que Choisir. Jusqu’à présent, la seule argumentation recevable était celle d’une efficacité limitée à 4 heures d’utilisation pour les masques chirurgicaux dits à usage unique. Autrement dit, après 4 heures d’usage, pas d’autre alternative que de jeter son masque à la poubelle et d’en utiliser un nouveau. UFC-Que Choisir soutient cependant que les masques chirurgicaux seraient lavables, tout comme les masques en tissu, et pourraient ainsi être portés de nouveau jusqu’à 10 fois. Tissu ou masque chirurgical, les modalités de lavage restent inchangées à savoir une utilisation en machine à 60°C afin de garantir les qualités de filtration.

Quels modèles ont été testés ?

Alors comment l’UFC-Que Choisir en est arrivé à ce constat pour le moins original et à contre-courant des précautions sanitaires partagées depuis des mois ? L’association a effectué des test sur des masques chirurgicaux procurés à la fois en parapharmacie et en grandes surfaces. En tout, ce sont trois modèles de masques différents qui ont ainsi été soumis au test du lavage. Résultat ? Après dix lavages en machine à une température de 60°C, ces masques en théorie à usage unique conserveraient toutes leurs capacités de filtration. L’étude récemment publiée en novembre inclut même un passage au sèche-linge ainsi qu’un repassage doux (en utilisant le mode le moins chaud du fer à repasser).

Quid de l’efficacité après lavage ?

L’UFC-Que Choisir est formelle : après dix lavage, les capacités de filtration d’origine des masques chirurgicaux sont bel et bien maintenues. L’association va plus en loin en précisant que si le niveau de protection demeure à 100 % pour l’un des modèles et à 98 % pour un deuxième, il atteint 90 % sur le troisième type de masque testé. Dans tous les cas, l’association de consommateurs parle d'”un niveau suffisant pour un usage grand public”. Même les attaches ont su résister aux dix lavages et aux dix passages au sèche-linge. Conclusion de l’association : il est possible de laver ses masques chirurgicaux et de rester protégé, exactement comme la plupart des Français le font déjà avec leur masques en tissu. La garantie de filtration officielle Afnor/DGA ne serait alors plus la seule référence à prendre en compte.

Et c’est écologique !

Si l’association de consommateurs a tenu à réaliser cette étude, ce n’est pas seulement pour le coût économique des masques dits jetables mais aussi pour leur coût écologique. Car laver ses masques chirurgicaux pour les ré-utiliser, c’est bon pour le budget et pour la planète !

Avec cette étude, l’UFC-Que Choisir prend un virage opposé aux consignes officielles préconisées non seulement en France mais également partout en Europe et dans le reste du monde. Si l’association de consommateurs insiste sur la possible réutilisation de ces masques “pour un usage non médical” et sur la préservation des qualités premières des modèles testés, la polémique est déjà vive.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité