Publicité

Calcul de retraite : que faut-il prendre en compte ?

Calcul de retraite : que faut-il prendre en compte ?

Publicité
Publicité
Lorsque le moment du passage à la retraite approche, il est normal de se poser des questions sur l’âge de départ à la retraite, le montant de la pension et comment il se calcule. Il est même recommandé de se poser les bonnes questions très tôt afin de mieux se préparer. De nombreux points sont à prendre en compte et la plupart d’entre eux peuvent paraître assez compliqués. Il est toutefois important de les comprendre pour savoir exactement à quoi s’attendre.

Calcul de la retraite : utilisez un simulateur en ligne

Le simulateur de retraite est un outil en ligne qui vous permet de réaliser l’estimation du montant de votre pension et de votre âge idéal de départ à la retraite. Il se base pour le faire sur un ensemble de données comme les trimestres validés, l’année de naissance, le salaire, le nombre d’enfants…

Le point sur les critères et notions essentielles à connaître pour utiliser un simulateur de calcul de retraite

Pour calculer sa retraite avec un simulateur, il est important de comprendre un certain nombre de notions incontournables.

Le salaire de référence

Selon votre secteur d’activité, cette notion essentielle dans le calcul de votre retraite revient sous différents noms. On parle ainsi pour les salariés du secteur privé de salaire annuel moyen (SAM) et pour les non-salariés comme les artisans, les commerçants… de revenu annuel moyen (RAM).

Dans un cas comme dans l’autre, il fait concrètement référence à la moyenne de vos 25 meilleurs salaires annuels. Autrement dit, la caisse de retraite de base prend en compte vos 25 salaires annuels les plus conséquents et les divise par 25 afin de déterminer votre salaire ou revenu annuel moyen.

Pour les travailleurs du secteur public, le salaire de référence représente la moyenne des six derniers mois de salaires reçus précédant la liquidation des droits. Les primes et avantages perçus durant ces six derniers mois de travail ne sont pas considérés.

Le taux de retraite

Encore appelé taux de liquidation, il est calculé en prenant en compte le taux plein ou taux maximal auquel vous pouvez prétendre en tant qu’assuré. Celui-ci est atteint lorsque vous partez à la retraite à l’âge légal requis et que vous avez également effectué le nombre de trimestres (durée d’assurance) requis. Ainsi, plus vous cotisez en tant qu’assuré, plus vos trimestres de retraite augmentent, de même que votre durée d’assurance, ce qui vous rapproche du taux plein.

Lorsque ce dernier est atteint, le taux de retraite est de 50 % si vous êtes salarié du privé. Pour les salariés de la fonction publique, le taux de retraite est de 75 ou 80 %. Dans un cas comme dans l’autre, lorsque le taux plein n’est pas atteint, le taux de retraite sera inférieur à ces pourcentages. On parle alors de décote, autrement dit, un coefficient de minoration est appliqué à votre taux. Il y a également les cas de surcote où le salarié part en retraite en ayant à son actif plus de trimestres qu’il n’en faut.

La durée d’assurance et les notions de trimestres cotisés et non cotisés

La notion d’assurance dans le cadre du calcul de la retraite, fait référence au nombre de trimestres cotisés ou devant être cotisés. Il ne s’agit pas ici d’une cotisation sur trois mois. Le mot trimestre équivaut plutôt à un montant minimum de cotisation que doit atteindre l’assuré. Ce montant est calculé selon le SMIC horaire de l’année pris en compte et représente depuis 2014, 150 fois sa valeur.

Le nombre de trimestres requis pour une retraite à taux plein varie entre 160 et 172 selon votre année de naissance. Il s’agit d’un cumul des trimestres cotisés et non cotisés. Les premiers correspondent aux périodes au cours desquelles vos cotisations de retraite ont été prélevées sur vos revenus et versées ensuite aux caisses de retraite. Les trimestres non cotisés ou acquis correspondent quant à eux à des trimestres qui vous sont gratuitement attribués au cours de périodes d’arrêt de travail involontaire (maladie, maternité, chômage, invalidité…).

Le nombre d’enfants

Le nombre d’enfants constitue également un critère que prennent en compte les simulateurs pour le calcul de la retraite. Il permet en effet de bénéficier de trimestres en supplément. Il s’agit des trimestres de majoration pour enfant.

Le fonctionnement et les avantages des simulateurs de retraite

L’avantage d’utiliser un simulateur est qu’il vous offre différents scénarios de fin de carrière selon les informations que vous renseignez. Son utilisation est assez simple. Vous n’aurez qu’à remplir les différents champs d’informations pour recevoir immédiatement une estimation. La première information qui vous sera communiquée vous permettra de découvrir l’âge minimum auquel vous pouvez prendre votre retraite, ainsi que le montant de votre pension.

Le simulateur vous renseigne également sur les solutions d’épargne disponibles. Ces dispositifs vous permettent d’avoir un supplément de ressources financières au moment de prendre votre retraite. Les simulateurs vous offrent ainsi un aperçu des solutions disponibles sur le marché afin de vous permettre d’effectuer une comparaison. Vous pourrez ainsi choisir la plus avantageuse selon votre situation financière. Il en est de même pour les meilleures offres de contrat d’assurance pour votre retraite.

Quelques critères à prendre en compte pour le choix d’un simulateur de retraite

Tous les simulateurs de retraite disponibles en ligne ne sont pas fiables. Il est donc essentiel de porter votre choix sur un modèle crédible qui pourra vous fournir des informations assez justes afin de mieux préparer votre retraite. Pour commencer, privilégiez un site public ou un site spécialisé sur les questions de la retraite et des seniors en général. Vous réduirez ainsi les marges d’erreur.

Le simulateur doit également prendre en compte les différentes réformes qui sont en vigueur. Cela est indispensable pour la fiabilité des données. Vérifiez de même si la plupart des critères cités précédemment sont pris en compte. La simulation devra aussi être personnalisée selon votre régime de retraite, car ceux-ci varient selon les différents secteurs d’activité. Pour finir, prenez toujours en compte qu’il s’agit d’une simulation et que malgré la précision du simulateur, une marge d’erreur plus ou moins significative est possible.

Comment procéder au calcul de sa retraite ?

Vous avez la possibilité de calculer vous-même votre retraite sans recourir forcément à un simulateur. La méthode de calcul ne sera pas la même que vous soyez un salarié du privé ou du public, mais les données à considérer sont presque les mêmes.

Calculez votre salaire annuel moyen (SAM)

Pour commencer le processus de calcul de votre retraite, regroupez les différents documents liés à votre carrière professionnelle. Vous aurez donc besoin de vos salaires. Notez-les tous pour le calcul de vos revenus annuels. Il vous suffira pour cela d’additionner les différents salaires mensuels et de diviser par 12 la somme. Il vous faudra ensuite choisir les 25 salaires annuels les plus élevés, les cumuler et diviser la somme obtenue par 25 pour avoir le montant de votre Salaire Annuel Moyen (SAM).

Appliquez les taux et les durées d’assurance : cas des salariés du privé

À ce niveau, il vous faudra appliquer le taux de retraite au salaire annuel moyen ainsi que les trimestres d’assurance. Concrètement, il faudra multiplier le SAM par le taux de retraite qui est de 50 % maximum et le rapport entre le nombre de trimestres complétés et le nombre de trimestres requis. Pour y voir plus clair, voici la formule complète :

Pension de retraite = Salaire Annuel Moyen x Taux de Retraite x (Nombre de trimestres complétés/Nombre de trimestres requis)

Pour déterminer le nombre de trimestres requis pour avoir une pension à taux plein, vous devrez prendre en compte votre année de naissance. Il varie en fonction de celle-ci entre 160 et 172.

Cas des salariés du public

Le calcul diffère pour les agents de la fonction publique. Ici le taux de retraite est de 75 % et il est appelé traitement. Quant au calcul du SAM, ce sont les 6 derniers mois de travail qui sont pris en compte. La formule est la suivante :

Montant de la retraite de base = Salaire de référence (c’est-à-dire la moyenne des 6 derniers mois) x Taux de retraite (75 %) x (Trimestres validés/Durée d’assurance)

Dans le cas des contractuels, le calcul est le même que celui des salariés du privé. Dans un cas comme dans l’autre, n’oubliez pas de prendre en compte les décotes ou surcotes éventuelles.

Cas des professions libérales

Les professions libérales cotisent à la caisse nationale d’assurance vieillesse des professions libérales (Cnavpl) exception faite des avocats. Le montant de la pension de base est déterminé par les paramètres comme le nombre de points acquis, le taux de pension (qui varie selon la durée d’assurance) et la valeur du point. Concrètement, le nombre de points acquis dépend des revenus cotisés. Vous pouvez le demander auprès de la caisse de retraite dont vous dépendez.

Quant au taux de pension, il est de 100 % si vous avez atteint la durée d’assurance nécessaire. Dans le cas contraire, il sera minoré (décote). La durée d’assurance varie ici de 160 à 172 trimestres selon l’année de naissance. Lorsque vous rassemblez toutes ces données, appliquez la formule suivante :

Retraite de base = Valeur du point X Nombre de points X Taux de pension

Bien que ce soit des calculs tout à fait faisables si vous disposez de tous les documents nécessaires, il est tout de même plus simple d’utiliser un simulateur de retraite, qui vous donnera une estimation relativement fiable.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité