Alzheimer et les benzodiazépines - Actualité santé


Les benzodiazépines et la maladie d’Alzheimer


alzheimer

Une étude scientifique réalisée par des équipes franco-canadiennes a récemment révélé que la prise de benzodiazépines durant plus de trois mois peut augmenter le risque d’Alzheimer. Selon elle, ce risque peut grimper jusqu’à 51 % dans la majorité des cas constatés.

Codirigée par Sophie Billioti de Gage, chercheur à l’INSERM, puis publiée le 10 septembre par le journal BMJ (British Medical Journal), l’étude révèle que certains médicaments psychotropes pris pendant plus de 3 mois peuvent être associés à un risque de développer la maladie d’Alzheimer. Si les prises s’étendent jusqu’à 6 mois, ce risque peut augmenter jusqu’à 80 %. Selon les auteurs, l’étude a été effectuée sur près de 9000 personnes âgées durant une période de 6 à 10 ans consécutifs.




Les auteurs de l’étude franco-canadienne soulignent d’ailleurs la suspicion d’un lien direct entre la prise de benzodiazépines et la maladie d’Alzheimer. À cet effet, le traitement avec ce type de médicament psychotrope doit être de courte durée et ne pas dépasser les trois mois. En ceci, les résultats de ces travaux renforcent évidemment les mises en garde publiées par les autorités sanitaires contre l’utilisation excessive des benzodiazépines. Dans cette même ligne d’idée, la France par l’intermédiaire de son agence du médicament (ANSM) a avancé ses critiques concernant des durées de traitement souvent trop longues, associées à des prises de médicament pendant plusieurs années. Pourtant, ces cas de traitement présentent un risque accru d’effets secondaires, de chute ou de dépendance. De plus, ils peuvent aussi entraîner parfois une somnolence, des pertes de conscience récurrentes ou encore des états confusionnels.




© Igor Mojzes - Fotolia |